Les solutions sans microplastiques ne sont-elles qu'une autre tendance dans l'industrie du traitement des semences ? Pouvons-nous égaler les performances des traitements de semences conventionnels contenant des microplastiques ? Ou les nouvelles formulations devront-elles faire des compromis sur certains aspects de la qualité des produits ? Les microplastiques dans l'industrie semencière sont devenus un sujet important il y a deux ans. En 2018, l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a publié sa première édition de proposition de restriction dans lequel le traitement des semences figurait parmi les industries qui contribuent à l'ajout intentionnel de microplastiques dans les produits utilisés par les consommateurs ou les professionnels. Aujourd'hui, la plupart des acteurs du secteur sont conscients de la proposition de restriction et des conséquences potentielles qu'elle pourrait avoir pour le secteur des semences. Même si de nombreux entreprises en traitements de semences ont commencé à travailler au développement de bonnes alternatives, il a été prouvé que certaines d'entre elles ne fonctionnent pas aussi bien que les solutions existantes, ce qui met en péril la qualité et donc la sécurité des semences traitées pour les agriculteurs, l'environnement et les ouvriers.